Actualités

FORMES SILENCIEUSES
Lino De GIULI
Exposition de 29 avril au 3 juin 2017
Vernissage le samedi 29 avril 15h – 20h
& le jeudi 4 mai 17h – 21h
 Ce jeudi Lecture et signature su livre d’Alain MARC * 19h
« En regard sur Lino De GIULI »

 

**** CLIQUEZ POUR OUVRIR LE CARTON D’INVITATION

civ recto verso lino

 

En 1969 Lino de Giuli entre à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de     Paris dans l’atelier de Marcel Gili. En 1978, il rompt brusquement avec le    corps de l’image figurative et plonge dans une abstraction structurée aux dissonances chromatiques…

Par bien des côtes la peinture actuelle de Lino DE GIULI marque le contrepoint idéal sur son parcours personnel et artistique extrêmement riche,
un parcours configuré dès le début comme un corps à corps avec la matrice ineffable du vrai que l’art masque par son langage.
Lino de GIULI ne craint pas de faire chanter le signe, la couleur, la surface; il veut qu’ils puissent dire avec leurs qualités immanentes ce qu’ils ont à dire , mais
– et c’est là sa force – il ne s’arrête pas  à l’expérience de la couleur , de la physique, de la lumière , du rythme , des accords ; il passe outre , il s’attache au sens , au discours.
En ce sens l’artiste montre une grande maturité dans sa capacité à vibrer à travers un art qui est pensée,concept , théorie.  Francesco ALTEA. PHILOSOPHE.

  Sagesse de l’art

Quels que soient les avatars de la peinture, quels que soient le support et le cadre, c’est toujours la même question : qu’est-ce qui se passe, là ? Toile, papier  ou mur,  il s’agit d’une scène où advient quelque chose (et si, dans certaines formes d’art, l’artiste veut délibérément qu’il ne se passe rien, c’est encore là une aventure). Aussi faut-il   prendre le tableau (gardons ce nom commode, même s’il est ancien) pour une sorte de théâtre à l’italienne : le rideau s’ouvre, nous regardons, nous attendons, nous recevons, nous comprenons ; et la scène passée, le tableau disparu, nous nous souvenons : nous ne sommes plus les mêmes qu’avant : comme dans le théâtre antique, nous avons été initiés.        Roland Barthes