Anne Marie ARBEFEUILLE

« Victoires d’ailes »
À travers la représentation de l’aile, c’est le travail du temps

que l’on suit, le temps qu’il faut pour parcourir l’histoire,
en trois temps et trois tonalités.
L’expérience du temps – VICTOIRES D’AILES.
À l’origine la mémoire ailée est une figure qui répand de par
le monde les faits dignes de la mémoire collective: grandes batailles, grands règnes…
Avec la représentation d’une aile antique, c’est une extension de la gloire dans l’espace qui s’installe comme symbole de tous les lieux et de tous les temps.
Le passage du temps – CHAMPS D’AILES.
Comme une âme au repos dans un jardin, cette aile est la mémoire d’une nature pure et sensible. Elle se tient en équilibre au-dessus d’une « faille » faite d’eau et de reflets perturbants qui symbolisent le fleuve de l’oubli.
Tel Chronos le passeur d’âme, elle fait le lien entre le temps du monde et le temps de la vie. Une perpétuelle course des années et des saisons.
Le temps retenu – GLISSEMENTS D’AILES.
Le charme silencieux de l’architecture gothique nous entraîne dans une dimension spatio-temporelle. Les courbes de l’ogive, les formes élancées des arcs brisés, la gracilité des colonnes suggèrent un corps vivant qui nous enveloppe.
Dans cette harmonie, la voix du passé arrive jusqu’à nous et s’échappe en transfigurant l’édifice avec calme et poésie.

a_fusain_victoires-ailes_neoooo
1_fusain_-glissements-ailesa_fusain_victoires-ailes

 

anne-marie-arbefeuille_champs-dailes1
1_dossier-com-copy

« A l’Ombre de l’Antique »
Jeu imaginaire de miroirs entre Antiquité et Architectures, « A l’Ombre de l’Antique » développe une thématique où les « Anciens » et les « Modernes » s‘opposent et se considèrent, où le minéral et le végétal révèlent les fantômes d’une Antiquité oubliée.
L’objet antique nourrit les images au travers d’assemblages savamment mis en perspectives où lumières et volumes nous dévoilent des espaces intangibles.
En revisitant l’objet Antique surgit des brûmes et des eaux, en s’appuyant sur les architectures qui l’environnent, en en captant le reflet au hasard des miroirs, l’artiste propose alors une nouvelle histoire, illustration d’un univers personnel et poétique.
Ces « tableaux photographiques » évoluent au rythme des supports proposés, échappant à une esthétique conventionnelle.
Anne-Marie Arbefeuille met volontairement à distance la photographie elle même, l’imprimant sur une surface textile, la retravaillant au fusain pour en sublimer les valeurs, osant même en modeler certains détails pour en accentuer les reliefs. Elle s’approprie l’image dans son ensemble, offrant là son regard moderne sur des œuvres antiques.
Anne-Marie Arbefeuille a exposé en 2013 au Festival Normandie Impressionniste sur la thématique de l’eau, Château de Bois-Guilbert.
Elle a reçu le Prix du Public aux projections des Nuits Photographique de Pierrevert, Thème « Nature d‘Ombres ».
expo_o_antique_texture_seine expo_o_antique_texture_miroir expo_o_antique_texture_archi_vegetale expo_o_antique_popup expo_o_antique_popup_2
ama_architecture_vegetale
ama_brumes_antique_miroir_eau1ama_CERES_IMAG_miroir_eauama_fidelite_venus_medicis

expo_entreeama_miroir_eau3